Remue-méninges

  • Une belle séance de dédicace...

    • Le 05/10/2021

     

    Guy esperlu

     

                           Assistance attentive, acteurs percutants, auteur ému, 

                                                 Séance de dédicace réussie...

                     Merci aux acteurs, Sylvie, Prune et David ; merci à L’Esperluette ;

                                                    Merci à l’auteur, Guy Coda !

     

     

     

     

  • Plus court !

    • Le 09/10/2021

    Plus courts, les morceaux de pop-music ! Moins de 3 mn maintenant, avec des intros de moins de 10 secondes. Oubliés Stairway to Heaven (8’01), Telegraph Road (14’18) ou Riders on the Storm ( 7’15)!

    Plus courts les essais, enfin pas tous… Les tracts de Gallimard, moins de 50 pages !

    Plus courtes les mi-temps de basket. 15 mn au lieu de 30. ( Oui c’est vrai on appelle cela des quarts temps, et le match dure toujours 1heure…)

    Si on a inventé la cocotte-minute, le micro-ondes, c’était pour gagner du temps. Du temps pour lire, pour écouter de la musique, pour lire, pour regarder du sport… Mais si on gagne aussi du temps quand on écoute de la musique ou quand on lit… c’est pour faire quoi ?

     

  • Merci MarionS!

    • Le 29/08/2021

    TRAM Librairie Café, tout en haut de la montagne Sainte-Geneviève, à l’ombre du Panthéon :

    Un super concept : nourrir le corps et le cœur !

    Délicieux, le gâteau du voyageur et la salade de poulpe !

    Et très précieux, les conseils donnés sur le fonctionnement du monde de l’édition…

    Merci MarionS #tram librairie café !

    Lire la suite

  • Un seul lit...

    • Le 22/08/2021

    TGV. La Rochelle-Paris.

    Train toujours aussi bondé. Normal, c’est le même ! Retour de la voiture bar et coup d’œil rapide sur les voyageurs. 

    La moitié d’entre eux a l’œil rivé sur son smartphone. Les autres voyageurs somnolent, jouent avec leurs enfants, mangent.

    Un seul lit. Est en train de lire, je veux dire (C’était pas un train couchette ! En y réfléchissant, avec un seul lit pour tous ces voyageurs, enfin bon…)

    D’ailleurs, je devrais dire une seule. Une jeune femme…

    À part ça, l’édition se porte bien. Dixit Le Monde ce matin.

    « Beau fixe sur les principaux marchés mondiaux du livre », « Imperméabilité du secteur à la crise sanitaire » !

    Alors, tout va bien ! Sauf à La Rochelle…

    Lire la suite

  • Lungo ?

    • Le 21/08/2021

    TGV. La Rochelle-Paris.

    Train plein comme un œuf. Retour de vacances. Au bar, voiture 4, un consommateur :

    — Bonjour, un café allongé, s’il vous plait.

    — Un lungo, lui répond le serveur.

    — Pardon, un quoi ?

    — Un lungo…

    — Bon, ben… un lungo !

    Pas contrariant, le client, et adaptable.

    En tout cas : Merci Georges ! What else ?

    Puisque Mérimée, qui a plus fait pour les lettres françaises que Clooney et Nestlé réunis, écrit :

    « Les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil prodigués par l’amphitryon… »

    Pourquoi pas « lungo » pour le café et « long » pour le reste ?

    Pas de quoi se formaliser…

    Si ?

     

    Lire la suite

  • Vive les médiathèques !!!

    • Le 03/07/2021

    Nous nous sommes dit « Nous rapprocher de nos lecteurs ! Contacter les médiathèques pour présenter nos ouvrages ! »

    Logique ! Plus de 16000 médiathèques en France, 250 millions de prêts chaque année… On va bien trouver une petite place pour nos auteurs !

    Mais plus facile à dire qu’à faire…

    Pas de bases de données directement exploitables. Selon les régions, les départements, des informations fiables et à jour, ou pas, complètes ou très parcellaires…

    Alors on a surfé sur le net pour trouver l’adresse mail de la médiathèque de Concarneau, de Fumel, de Sarrebourg et de bien d’autres…

    Fascinant voyage, où l’on découvre :

    - des sites riches et attractifs aux mises en page originales, au graphisme recherché,

    - des médiathèques dynamiques, insérées dans leur milieu local,

    - des bibliothécaires engagé.e.s et audacieu.x.ses  dans leurs choix littéraires et leurs suggestions.

    Alors, bien sûr : vive les médiathèques !

    Lire la suite

  • Anaphoraphobie

    • Le 01/06/2021

    Du grec : anaphoros, répétition (« Moi, président… » vous souvenez ?) et phobos, peur. Donc la peur des répétitions quand on écrit ou quand on lit.

    On se souvient tous des annotations rageuses de nos profs dans les marges de nos premières rédactions : Répétition ! Répétition !... Alors forcément, on en a gardé quelque chose.

    Par exemple, à la lecture de ces quelques lignes de Michael Connely qui n’est certes pas en termes de style un exemple –euh, non… Là il faudrait plutôt dire… parangon ou …- quoi qu’il en soit, j’ai sursauté :

    C’est alors que Luzon poussa Bosch dans les barreaux de la cellule. Puis il se rua dans la pièce et, à deux mains, fit coulisser la porte qui se ferma dans un bruit de métal. Il tira ensuite la chaîne et le cadenas entre les barreaux et verrouilla la porte. « Oscar, mais qu’est-ce que tu fais ? s’écria Lourdes. Tu n’as nulle part où aller ! » Bosch avait perdu l’équilibre en heurtant les barreaux. Il se redressa et chercha son porte-clés dans sa poche. La clé du cadenas y était accrochée. Mais le porte-clés n’était pas dans sa poche. Il regarda entre les barreaux

    Beaucoup de barreaux, de portes, de clés… Trop ? Faut voir. Essayez d’écrire la même scène sans répétition et en gardant le rythme du récit. Pas facile…

    Bien sûr, il y a moyen : les synonymes, les paraphrases, les circonlocutions... Il y a même une application qui trouve des répétitions là où vous n’en avez pas vu. Si, si, ça existe …

    Moi ?

    Je fais comme je le sens. Je me dis qu’une porte est une porte, un barreau, un barreau… et je relis « Exercices de style » de Raymond Queneau. 99 fois la même scène écrite de 99 façons différentes !  La diversité dans la répétition, ou le contraire…

    Ah, j’allais oublier ! Le mot Anaphoraphobie n’existe pas, mais vous vous en doutiez, n’est-ce pas ?

  • Frédéric Beigbeder et la lecture...

    • Le 22/05/2021

    « Je lis parce que la vie ne me suffit pas. (comme disait Pessoa)

    Je lis pour être ailleurs.

    Je lis parce que c'est la seule activité au monde qui permette d'être à la fois seul et accompagné.

    Je lis pour écouter les morts.

    Je lis pour sortir, sans sortir.

    Mais je lis aussi pour entendre des vivants.

    Je lis pour ne pas vieillir.

    Je lis pour échapper à la société autant qu'à moi-même.

    Je lis pour être libre.

    Je lis pour ne pas être dérangé.

    Je lis pour ne pas répondre au téléphone.

    Je lis pour ne plus être ici mais là-bas.

    Je lis sans raison.

    Je lis pour lire.»

    Merci Frédéric Beigbeder!

  • Fatale Vodka chez mon caviste...

    • Le 09/05/2021

    C’était pas gagné…

    Plutôt « Mission Impossible » que « Love Story ». Le générique. La mèche qui se consume, les notes de Lalo Shiffrin pam… pam… pam pam… pam. Deux noires, deux croches, une noire.

    J’attaque d’entrée : « Bonjour, j’ai écrit un roman… » Il me regarde bizarrement, fronce les sourcils. Je le sens un poil déconcerté. Faut comprendre. C’est sa boutique après tout. D’habitude, c’est lui le vendeur ! Puis carrément sceptique, les lobbies, les stratégies de com auprès des jeunes… « Ouais, bon, enfin quand même, faut pas exagérer non plus… » Il prend le livre en main, le feuillète rapidement, hésite une seconde et se décide. « Bon, je vais vous le prendre, je verrai tout ça ! »

    Le pire n’est jamais certain !

    Je suis sorti de la boutique sans mes idées préconçues et avec un whisky île d’Arran 12 ans d’âge. « Vous sentirez le vent du large qui fouette les landes d’Écosse » qu’il me dit mon caviste. Peut-être, faut voir. Je penserai surtout à Nicolas Bouvier qui a séjourné sur l’île d’Arran et qui est l’auteur du chef d’œuvre absolu des livres de voyage : « L’usage du monde ».

  • Que lit-on?

    • Le 03/05/2021

    Les Français lisent. 

    C’est une bonne nouvelle, pour eux, mais aussi pour les auteurs, les éditeurs…

    Les femmes lisent plus que les hommes. C’est comme ça.

    Leurs genres préférés ? D'abord les romans (surtout les femmes), puis les livres pratiques (tout le monde) puis la BD (surtout les hommes).

    Moins connue, il y a la trajectoire de lecture au cours d’une vie :

    • Les jeunes abordent le livre par l’imaginaire : la Science-Fiction, les Mangas, le Fantastique
    • Adultes, ils vont se tourner vers les livres pratiques, sans pour autant renoncer à la BD. Ils vont aussi s’intéresser, en tant que jeunes parents, aux livres pour enfant…
    • Et plus tard, viennent les romans (en particulier les romans policiers) qui vont être supplantés chez les seniors par les livres historiques et les essais.

    D’où une question. Qu’est-ce qui explique que progressivement, le lecteur, au fur et à mesure qu’il avance en âge se détourne des œuvres de pure imagination et en vient à s’intéresser aux faits (Histoire, Sociologie, Politique) ?

    Lire la suite